Le tabac et la chirurgie ne font pas bon ménage

Vous êtes fumeur et l’on prévoit de vous opérer prochainement ? Peu importe le type d’opération que vous allez subir, votre santé en pâtira si vous décidez de fumer plusieurs semaines avant ou après l’opération. Aussi difficile que cela soit-il, si vous allez être opéré, vous devriez sérieusement envisager l’arrêt du tabac pour votre santé.

Tabac et chirurgie : ce qui peut mal tourner

Il y a un certain nombre de complications, de dangers et d’infections potentielles qui peuvent apparaître si on fume avant ou après une opération chirurgicale. Qu’est-ce qui peut mal se passer exactement ? Voici un résumé des complications les plus fréquentes et graves qui peuvent résulter d’une consommation de tabac avant et après une opération chirurgicale :

  • Plaie infectée : Une des complications qui se produit le plus couramment est l’infection d’une plaie. En effet, le fait de fumer dérobe l’oxygène des cellules en voie de guérison. Fumer est un facteur de risque de plaie infectée dans presque toutes les opérations chirurgicales. Des chercheurs ont découvert que les personnes qui continuent à fumer avant une opération ont un risque beaucoup plus élevé de voir apparaître des plaies ne cicatrisant pas correctement.
  • Complications cardio-pulmonaires : La fumée de tabac est très nocive pour le cœur, les poumons et le système immunitaire tout entier. S’il est prévu que vous subissiez une quelconque opération du cœur, il est impératif que vous arrêtiez de fumer au moins six semaines avant qu’elle n’ait lieu.
  • Vasoconstriction : La vasoconstriction fait référence au rétrécissement des petits vaisseaux sanguins. De nombreux gros fumeurs peuvent souffrir de vasoconstriction parce que le fait de fumer vole l’oxygène cellulaire disponible. Quand cela arrive, les petits vaisseaux sanguins rétrécissent. Le fait de fumer interfère aussi avec d’autres substances chimiques qui permettent au corps de libérer suffisamment d’oxygène aux cellules.
  • Les complications post-chirurgicales sont plus importantes pour les fumeurs. Des scientifiques de l’hôpital universitaire de Bispebjerg au Danemark ont découvert que les patients qui avaient arrêté de fumer avant l’opération étaient beaucoup moins susceptibles de développer des complications post-chirurgicales. Les chercheurs ont remarqué qu’en moyenne les patients qui arrêtaient de fumer avant une opération restaient hospitalisés deux jours de moins par rapport à ceux qui avaient continué à fumer.

Souvenez-vous : vous devriez vous efforcer d’arriver le jour de l’opération avec un corps le plus en forme possible. Le trauma chirurgical est une épreuve pour votre corps. Le fait de fumer ne fera de rendre sa guérison plus difficile. Dans certains cas, des chirurgiens peuvent même faire le choix de ne soigner un patient s’il fume.

Cesser de fumer en vue d’une opération

Si vous fumez, la meilleure chose à faire avant une opération pour aider votre corps à s’y préparer est d’arrêter complètement où au moins de réduire sérieusement le nombre de cigarettes que vous fumez chaque jour. Une étude récente conseille aux fumeurs d’arrêter le tabac au moins six à huit semaines avant l’opération. Malheureusement, la plupart des produits de substitution normalement proposés aux fumeurs ne sont pas recommandés à ceux qui vont subir une opération. Les gommes et les patchs à la nicotine ne leur sont pas conseillés. La nicotine des gommes se comporte de la même façon que celle contenue dans la cigarette, entravant le processus de guérison de la même manière. Les patchs à la nicotine sont également dangereux parce que l’écoulement de la nicotine peut gêner celui du sang.

De nombreux hôpitaux proposent des programmes de sevrage tabagique pour aider les patients devant subir une opération à arrêter avant le jour j. Voici quelques unes des règles générales à suivre sur l’arrêt du tabac avant une opération :

  • Arrêter immédiatement. Si votre opération est imminente, vous n’avez pas le temps de vous déshabituer progressivement du tabac. La plupart des médecins conseillent d’arrêter dès l’annonce de l’opération. Pour la majorité des gens, la crainte pour leur santé suffit pour qu’ils se débarrassent de leurs cigarettes.
  • Informez-vous sur votre opération. Prenez le temps d’en apprendre les tenants et aboutissants. Cela vous aidera à rester concentré sur votre santé et sur l’importance de conserver un corps en forme pour l’opération. Tout en n’ayant pas besoin d’aller dans les détails, familiarisez-vous avec l’intervention.
  • Entretenez-vous avec votre médecin à propos des aides que vous pouvez utiliser. Très souvent, les patients devant subir une opération n’ont pas la possibilité d’avoir recours aux aides telles que les gommes et patchs à la nicotine. Découvrez quels choix s’offrent à votre cas particulier.
  • Arrêtez à plusieurs. Trouvez quelqu’un pour arrêter avec vous. Prendre l’engagement d’arrêter avec quelqu’un d’autre vous aidera à rester concentré sur l’objectif « zéro cigarette ». De même, vous devriez vous évertuer à conserver un foyer non-fumeur pendant votre convalescence. Certains médecins conseillent à tous les fumeurs d’un même foyer d’arrêter ou de réduire significativement leur consommation de tabac durant la période de convalescence du patient.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *